Hermione me laisse en com qu'elle a rencontré une "basque du sud" (c'est à dire une basque espagnole) appelée Bégona (avec tilde sur le n), et qu'elle a passé son temps à appeler Pétunia...

Les prénoms féminins espagnols sont à comprendre très souvent comme des abrévations de "Santa Maria del" ... Par exemple, les nombreuses filles appelées Pilar (pilier en Français) ne sont pas toutes les rejetonnes de maçons amoureux de leur boulot, mais plus simplement le rappel d'innombrables statues de saintes Marie juchées sur un pilier... Une de mes meilleures copines (on s'est connues à 5 ans), s'appelle Piedad, que l'on peut traduire par Pitié ou Piété, c'est pareil. Ainsi pour les nombreuses Concepcion, Conchita (petit coquillage), Amparo (soutien), Rosario (rosaire) etc... sont toutes des petites "Marie de quelque chose".

Les histoires de noms et de prénoms ont fait l'objet ces derniers mois de nombreuses causeries sur le divan de la dame de l'étang noir.

Histoires de nom de famille pour commencer, il faut dire qu'après près de 22 ans, j'ai changé de nom et laché de celui de mon ex mari pour retrouver celui de mon père. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable dans un divorce (mais y a t-il quelque chose d'agréable dans un divorce, mis à part le soulagement de voir se finir une histoire pourrissante...) que de devoir annoncer le changement de nom, aux amis, aux administrations, aux gens avec lesquels on bosse...

Histoires de prénom aussi, puisque dans mon cas, il correspond exactement au nom de famille de ma mère auquel on a juste ajouté un e à la fin. Ce prénom je l'aime bien, il est assez peu usité, facile à prononcer, classique, un peu ancien, pas trop excentrique mais pas franchement à la mode, et encore moins dans ma génération. J'ai toujours été la seule à le porter dans les écoles que j'ai fréquentées, et, enfant issue de famille nombreuse, j'ai toujours apprécié cette "unicité". Cependant, porter à la fois le nom de son père et le nom de sa mère peut être un peu lourd à la longue... Et vous inciter à vous démarquer un peu de toutes ces lignées auxquelles on est assigné.

Bon, pour finir, un petit jeu: relier les prénoms et les noms de familles:

 

Saturnin,                                   "plus de bière dans le frigo" (air désolé)

Roger,                                       "eul' tracteur" (accent picard)

Adhémard et Igor                        "des bières au frais" (air satisfait)

Jérémie,                                     "entre Cambo et Garazi*" (accent basque)

 

*Garazi: (pour les non locaux de l'étape), appellation basque de Saint Jean Pied de Port, le port désignant ici le col, le passage (en l'ocurrence vers l'Espagne) et non un abri pour engins flottants, les gaves pyrénéens étant de notoriété publique très modérément navigables et l'océan à plusieurs kilomètres de là... 

Bon, ok, c'est blagues à deux balles, dignes des emballages Carambar, mais ne boudez pas votre plaisir, vous avez le droit de compléter la liste, une seule règle, les plus débiles et déformées sont les meilleures!

carambar

 

 

Ceci dit, dans le carambar, c'est quand-même le contenu qui compte!

 

 

 

Je vous dis à plus, je file naviguer avec l'un de mes frères, j'espère que les vents seront favorables du côté de la Rochelle! (oui, je sais j'ai trop de chance...)